10ème journée européenne contre la traite des êtres humains (17 octobre 2016)

Michèle RAMIS, Ambassadrice chargée des menaces criminelles transnationales, a participé le 17 octobre 2016 à la conférence de presse organisée par la Commission européenne à l’occasion de la 10ème journée européenne contre la traite des êtres humains aux côtés de Myria VASSILIADOU, coordinatrice européenne de la lutte contre la traite des êtres humains, Per-Anders SUNESSON, Ambassadeur suédois chargé de la lutte contre la traite des êtres humains, Didier LENOIR, chef de la délégation de l’Union Européenne, Ol’ga ALGAYEROVA, Ambassadrice de Slovaquie et Elisabeth TICHY, coordonnatrice autrichienne contre la traite.

L’Ambassadrice RAMIS a souligné l’implication de la France dans la lutte contre la traite des êtres humains. La France, pays d’abord destination et ensuite de transit, a adopté un plan national mis en oeuvre par une coordonnatrice nationale, Élisabeth Moiron-Braud. En raison des formes de traite affectant la France, la lutte contre l’exploitation sexuelle et la protection des mineurs exploités sont des priorités. La France venait d’adopter une loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel pénalisant l’achat de services sexuels. La France s’attache à dissuader la demande, à prévenir les infractions, à protéger les victimes et à poursuivre et à démanteler les réseaux.

Le discours de Mme Ramis est disponible ici

JPEG
De gauche à droite : Elisabeth TICHY, coordonnatrice autrichienne contre la traite ; Michèle RAMIS, Ambassadrice chargée des menaces criminelles transnationales ; Myria VASSILIADOU, coordinatrice européenne de la lutte contre la traite des êtres humains ; Per-Anders SUNESSON, Ambassadeur suédois chargé de la lutte contre la traite des êtres humains ; Ol’ga ALGAYEROVA, Ambassadrice de Slovaquie ; Didier LENOIR, chef de la délégation de l’Union Européenne

La coordinatrice européenne Myria VASSILIADOU a présenté les projets de la Commission Européenne en matière de lutte contre la traite des êtres humains financés entre 2004 et 2015. 321 projets ont été menés dans plus d’une centaine de pays du monde. Elle a rappelé la nécessité de réduire la demande et de traquer les profits tirés de la traite.

Dernière modification : 09/11/2016

Haut de page