L’AIEA et la lutte contre le cancer

A l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer le 4 février 2015, l’AIEA a organisé un événement de sensibilisation aux enjeux de la lutte contre le cancer dans les pays en développement.

Dans son discours le directeur général de l’Agence, M. Yukiya Amano, a rappelé qu’environ 70% des cinq millions de décès dus au cancer dans le monde ont lieu dans les pays en développement, et que nombre d’entre eux pourraient être évités si des professionnels expérimentés et des équipements adéquats étaient disponibles. Il a invité la communauté internationale à se fixer pour objectif de garantir un accès équitable pour tous les patients, dans tous les pays, aux niveaux les plus élevés de soins contre le cancer, indépendamment du niveau de développement.

Madame Nelly Enwerem-Bromson, directrice du Programme d’action en faveur de la cancérothérapie (PACT) de l’AIEA a souligné que l’AIEA soutient au travers de son programme de coopération technique quelque 160 projets visant à renforcer les capacités de prise en charge de patients atteints par le cancer. Ces projets comprennent notamment la formation de personnel médical et technique ainsi que l’établissement de centres d’oncologie et de radiothérapie.

Une table ronde de haut niveau a rassemblé Mme Roman Tesfaye, Première dame d’Ethiopie, Mme Doyin Oluwole, directrice exécutive de la fondation Pink Ribbon Red Ribbon, M. Tezer Kutluk, président de l’Union internationale contre le cancer, M. Lishimpi Kennedy, directeur exécutif de l’hôpital de cancérologie de Lusaka en Zambie, et Mme Abdel-Wahab, directrice de la division de la santé humaine de l’AIEA.

JPEG - 2.6 Mo
M. Yukiya Amano, Directeur général de l’AIEA, et Mme Roman Tesfaye, Première dame d’Ethiopie (Crédits : AIEA).

Les orateurs ont reconnu les efforts constants menés par la communauté internationale dans la lutte contre le cancer, tout en soulignant les progrès encore à réaliser pour garantir la qualité et l’équité de l’accessibilité au diagnostic et aux soins à travers le monde. Ils ont également mis en avant l’importance de mieux sensibiliser le public sur le cancer, ses effets, les moyens de diagnostic et de traitement. La table ronde s’est conclue sur le constat partagé que le cancer est une maladie de plus en plus évitable et curable, mais que la combattre dans les pays en développement nécessite des ressources et une collaboration au niveau international.

La France est engagée de longue date aux côtés de l’AIEA dans la lutte contre le cancer.
Dans la droite ligne de la dynamique initiée par le Directeur général de l’AIEA, qui a placé la lutte contre le cancer comme une priorité de l’Agence, la France a depuis 2011 fourni 120 000 euros de contributions volontaires au programme transversal Programme d’action en faveur de la cancérothérapie (PACT). La France accueille également des professionnels de la santé de pays en développement pour leur dispenser des formations de longue durée dans ses services de médecine nucléaire et de radiothérapie.

En savoir plus :

Dernière modification : 04/03/2015

Haut de page