Forum de l’énergie de Vienne 2015 : en route vers la COP21

La quatrième édition du Forum de l’Energie de Vienne se tient au palais de la Hofburg du 18 au 20 juin 2015, autour du thème « "Une énergie durable pour un développement inclusif".

Le forum de l’énergie de Vienne a été créé en 2009 et se réunit tous les deux ans. Il est conjointement organisé par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), l’initiative du Secrétaire général des Nations unies « Energie durable pour tous » (SE4All), l’Institut international d’analyse des systèmes appliqués (IIASA) et le Gouvernement autrichien.

Il ambitionne, cette année, de souligner l’importance des enjeux et du secteur énergétiques dans la perspective du Sommet spécial sur le développement durable à New York en septembre 2015 et de le Sommet « Paris Climat » qui se tiendra à Paris en décembre.

Intervenant vendredi 19 juin 2015 au cours du segment de haut niveau intitulé « Energie durable et changement climatique », Mme Sylvie LEMMET, directrice des affaires européennes et internationales du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE),a rappelé les objectifs et principes qui inspirent la présidence française de la 21e Conférences des Parties (COP 21) à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC).

JPEG
Mme Sylvie LEMMET, directrice des affaires européennes et internationales du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE).

Sylvie Lemmet a également souligné que la France, en tant que présidence de la COP 21, ambitionnait de bâtir une « Alliance de Paris pour le Climat » permettant de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 1,5 °C ou 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et d’adapter nos sociétés aux dérèglements existants.
Cette Alliance a vocation à se décliner en quatre volets, complémentaires et se renforçant mutuellement :

-  un accord juridique universel qui établisse, conformément au mandat de Durban, les règles et mécanismes capables de relever progressivement l’ambition pour respecter la limite des 1.5 ou 2°C ;
-  la présentation par tous les pays de leurs contributions nationales, avant la COP21, afin de créer un effet d’entraînement et de démontrer que tous les Etats avancent, en fonction de leurs réalités nationales, dans la même direction ;
-  le volet financier, qui doit permettre de soutenir les pays en développement et de financer la transition vers des économies bas-carbone et résilientes, avant et après 2020 ;
-  l’agenda des solutions dont l’objet est d’associer les acteurs de la société civile, acteurs non-étatiques et initiatives multipartenariales afin que les engagements et actions concrètes de ceux-ci complètent le futur accord entre Etats et précèdent son entrée en vigueur en 2020.

En savoir plus :

Dernière modification : 24/07/2015

Haut de page