Financement de la cancérothérapie en Afrique francophone

JPEG
Crédits : AIEA

Les maladies infectieuses continuent de faire des ravages en Afrique, mais le cancer s’impose comme principale cause de mortalité sur le continent. Les cas de cancer devraient augmenter de 69% sur les 15 prochaines années. Malgré ces prévisions, un certain nombre d’Etats membres de l’AIEA dans les pays à faible et à moyen revenu continuent de rencontrer des difficultés à fournir des services de cancérothérapie adéquats.

En marge de la 10ème Conférence internationale sur le cancer en Afrique le 19 novembre 2015 à Marrakech, la Division du Programme d’Action en faveur de la Cancérothérapie (PACT) de l’AIEA a financé sur les fonds français un atelier auquel ont participé des spécialistes et des experts financiers venant du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de Madagascar, du Mali, de Mauritanie, du Maroc, de l’ile Maurice, du Niger et de Tunisie. Celui-ci visait à promouvoir le transfert de connaissances, de capacités et de méthodes de mobilisation de ressources au profit des activités de cancérothérapie africains.

Le financement de cet atelier s’inscrit au profit d’une démarche française de financement des activités de cancérothérapie axée sur le long terme. En 2013, la France a financé la participation de 7 oncologues du Cameroun, Burkina Faso et Mali à une formation sur la gestion de la douleur à Abidjan en Côte d’Ivoire en septembre 2015.

« Cet atelier a permis un partage des connaissances qui contribuera une approche plus coordonnée des initiatives de cancérothérapie nationales » a indiqué M. Cyrille Dadie du Ministère du Budget de la Côte d’Ivoire.

En 2014, la France a contribué au financement d’une formation sur la mobilisation des ressources pour les pays d’Afrique francophone en marge de la 64ème session du Comité régional de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en novembre 2014 à Cotonou au Bénin.

Enfin, une partie de ces fonds est allouée à des missions d’évaluation des capacités en cancérothérapie (imPACT) en Algérie et à Madagascar.

Pour en savoir plus sur la Division PACT de l’AIEA :

Dernière modification : 16/12/2015

Haut de page