Adoption de la déclaration de Vienne visant à renforcer la sûreté des centrales nucléaires

Les Etats parties à la Convention sur la sûreté nucléaire se sont réunis en conférence diplomatique le 9 février à Vienne. Prenant acte des enseignements de l’accident de la centrale de Fukushima-Daiichi, cette conférence diplomatique s’est conclue par l’adoption de la Déclaration de Vienne sur la sûreté nucléaire sur les principes de mise en œuvre de l’objectif de la Convention sur la sûreté nucléaire pour prévenir les accidents et limiter leurs conséquences radiologiques.

JPEG - 101.4 ko
Conférence diplomatique du 9 février 2015
Crédit : Dean Calma / AIEA

Cette déclaration fixe des objectifs de sûreté nucléaire précis et ambitieux, notamment le principe de réexamen périodique de la sûreté des installations existantes, visant à prévenir de nouveaux accidents nucléaires dans le monde et le principe de conception des nouvelles centrales, visant à limiter les conséquences radiologiques en cas d’accident nucléaire. Elle reprend très largement les principes de la directive européenne sur la sûreté des installations nucléaires, que la France et ses partenaires de l’UE ont considérablement renforcés après l’accident de Fukushima, et adoptés en 2014. La reprise de ces principes dans la Déclaration consacre au plan international les ambitieuses règles de sûreté établies en Europe.

Bien qu’un consensus n’ait pas pu émerger sur une révision juridiquement contraignante de la Convention internationale sur la Sûreté Nucléaire, la France se félicite que les parties à la convention se soient engagées à rehausser leur niveau d’exigence sur la sûreté nucléaire et à rendre compte de leurs efforts d’amélioration continue des installations nucléaires situées sur leur territoire.

La France attache une priorité absolue au renforcement continu de la sûreté nucléaire dans le monde.

En savoir plus :

Dernière modification : 04/03/2015

Haut de page