60e session de la Commission des stupéfiants (mars 2017)

La Commission des stupéfiants (CDS) tient sa 60ème session à Vienne du 13 au 17 mars 2017. La France y défend une approche globale et équilibrée, fondée à la fois sur la réduction de l’offre, la réduction de la demande, le respect des droits de l’Homme et la coopération internationale. La France est candidate à l’élection d’avril 2017 qui désignera les membres de la CDS pour la période 2018-2021.

PNGEnglish version available here

JPEG

La 60ème session de la Commission des Stupéfiants (CDS) se déroule du 13 au 17 mars 2017 à Vienne. Elle a pour objet de permettre un échange de vues sur les politiques de lutte contre la drogue entre les représentants des États, organisations internationales et organisations de la société civile. Elle est également l’occasion d’adopter un certain nombre de résolutions et de mettre à jour la classification des substances.

Comme souligné dans la déclaration prononcéeau nom de la délégation par Monsieur Nicolas Prisse, président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), la France met en œuvre et promeut une approche globale et équilibrée fondée à la fois sur la réduction de l’offre, la réduction de la demande, le respect des droits de l’Homme et la coopération internationale – conformément au plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017. Elle attache également une grande importance à la prévention, en particulier chez les jeunes.

Mercredi 15 mars 2017, un temps est consacré aux suites de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies sur le problème mondial de la drogue (SEAGNU 2016) qui s’est tenue en avril 2016. Cette session extraordinaire s’est conclue par l’adoption d’un document intitulé « Notre engagement commun à aborder et combattre efficacement le problème mondial de la drogue » contenant des recommandations pratiques adressées aux Etats membres. Ces recommandations concernent notamment la prévention et le traitement des conduites addictives, la disponibilité des substances contrôlées à des fins médicales, la lutte contre la criminalité liée aux drogues, le blanchiment d’argent et la corruption, la lutte contre les nouvelles substances psychoactives et le renforcement de la coopération internationale et régionale.

JPEG

La Commission des stupéfiants, en sa qualité d’organe directeur de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), s’est vue confier un rôle d’appui aux Etats membres dans la mise en application de ces recommandations, notamment à travers un suivi des mesures prises et la diffusion de pratiques. Pour lui permettre de remplir ce rôle de manière efficiente, les Etats membres se sont engagés à transmettre à la Commission toutes informations sur les progrès réalisés dans l’application de ces recommandations. Depuis la fin de la session extraordinaire, un suivi a été mis en place sous la forme de plusieurs séries de débats thématiques organisés par la Commission. Au cours de cette 60e session, une réflexion sera engagée sur les mesures que la Commission pourrait prendre pour aider les Etats membres dans la mise en pratique des recommandations.

En marge de cette 60e session, un événement parallèle consacré aux « Nouvelles initiatives en matière de prévention » est organisé mardi 14 mars 2017 par les gouvernements de la France, de Singapour et de la Norvège, en association avec l’ONUDC. Cet événement sera l’occasion pour la France de rappeler l’importance qu’elle accorde à la prévention comme outil de lutte contre la drogue. Il sera également centré sur les suites de la campagne de communication de l’ONUDC « Ecoutez d’abord » (« Listen First ») lancée en 2016 et financée par la MILDECA.

La France présentera également à ses partenaires à l’occasion de cette session sa candidature à l’élection d’avril 2017 qui désignera les membres de la CDS pour la période 2018-2021. Elle mettra notamment en avant sa volonté de défendre une approche globale et équilibrée, mais aussi de maintenir la cohésion et l’unité de la communauté internationale autour des trois conventions de 1961, 1971 et 1988 et des institutions viennoises chargées de leur mise en œuvre (CDS, OICS, ONUDC).

PNG

En savoir plus :

Dernière modification : 17/03/2017

Haut de page